S’expatrier avec deux jeunes enfants, une aventure familiale !!

Le

Pouvoir parcourir le monde et découvrir de nouvelles cultures, voilà ce que nous aimons offrir à nos enfants. Nous ne partageons pas tous le même avis sur le sujet, ben voilà c’est le nôtre.

Même pour la petite histoire, notre fille ainée est née à Marrakech (une petite marocaine! Enfin juste pour l’histoire car réellement elle n’est que française. Le droit du sol n’est pas en vigueur au Maroc, et son père et moi n’avons pas de sang marocain.)
Alors la France c’est notre pays, mais le monde est tellement vaste. Pourquoi s’imposer des limites quand on peut le parcourir, vu que mon chéri et moi sommes indépendants ?? Un simple ordinateur et une connexion wifi suffisent pour pouvoir bosser. Une réelle chance, et le monde est à nous !!!

Dans quels pays aimerions-nous nous expatrier ?

Alors “dans quels pays nous aimerions nous expatrier”, j’ai envie de dire “TOUS”, pourquoi pas ! Non, en vérité, nous avons quelques idées (même si cela n’arrête pas de fuser dans le cerveau de mon cher et tendre) : Maroc, Canada, Thaïlande, …

Nous avions d’ailleurs comme but depuis 2 ans d’aller nous installer le temps d’une année scolaire à Bangkok. Pourquoi cette ville si grande et si bruyante avec des enfants ?? Et bien justement car nous avons des enfants. Très bonnes écoles à proximité, hôpitaux, … et ainsi nous pourrions découvrir l’Asie (les vols restant bien moins chers qu’au départ de la France (distance réduite qui y fait bien sûr)).
Cependant, nous n’avons pas pu réaliser ce projet en 2019 (délais trop courts), et en 2020, le Covid et la fermeture des frontières nous ont encore contraint à décaler notre expatriation.

Le Maroc était le pays où il restait la possibilité de pouvoir partir. Autres avantages : nous le connaissons déjà car nous avons vécu à Marrakech de 2011 à 2014, cela ne reste pas très loin (facilité de partir un peu à la va-vite), et nos proches valident le concept car ils peuvent venir nous rendre visite facilement (enfin quand les frontières seront officiellement ré-ouvertes).
Donc c’est ainsi que nous avons pris la décision de nous expatrier à nouveau au Maroc. Cela tombe bien, Louane y est née mais elle en est partie à l’âge de 7 mois en raison de mon mal du pays (hormones de post-grossesse obligent !), et n’y est pas retournée depuis. Donc c’est l’occasion de découvrir le pays où elle a vu le jour et “revoir” les personnes qui l’ont vu naître et s’étaient attachée à elle !!

Alors, aujourd’hui c’est Marrakech, avec l’objectif de découvrir ce pays, chose que nous n’avions pas faites à l’époque. Nous étions jeunes et avec cette envie de dévorer le monde et nous créer professionnellement parlant, avec son lot d’erreurs, de découvertes et de boulot qui nous avaient pas mal occupés.

Et demain, où irons-nous ? Bangkok, Montréal, Miami, Sydney, Dubaï… ??? Why not !!!

Les raisons de notre expatriation

Alors, à cette question, la majorité d’entre vous doit penser au besoin de liberté, de nouveaux horizons, … et vous avez bien raison.
Pendant longtemps, je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez et mon chéri m’a aidé à voir au-delà, un monde plein de possibilités que je ne m’imaginais pas. OUI il est possible de faire autre chose, OUI il est possible de vivre autrement, Oui il est possible de vivre sa vie, …

Alors oui, si j’étais restée manip radio, je n’aurais pas pu vivre tout ça. Encore qu’il doit exister des possibilités, comme faire ce métier et voyager, bien que la paye et les qualifications ne sont certainement pas les mêmes d’un pays, ou même d’un continent à l’autre. Et j’ai décidé de vivre autrement. Est-ce que cela fait peur ? Bien sûr que oui. L’être humain a peur du changement (chez certains plus que chez d’autres bien sûr). Mais de vie nous n’en avons qu’une, et s’il est possible de vivre autrement et découvrir de nouvelles choses, et bien j’irais !!!

Je suis née, j’ai grandi et j’ai vécu en France, et j’en ai été très heureuse. Je n’écris pas ma “Lettre à France” car c’est mon pays et j’y retournerai. Et je me connais, je serais certainement nostalgique. Qui n’est pas attaché à ses racines ?

Mais aujourd’hui, je veux vivre différemment que ces derniers mois confinés en raison du Covid, et permettre à mes filles de découvrir de nouvelles cultures.

Réellement, en bossant sur le net, nous avons la possibilité de sortir de la rat-race ou le “métro-boulot-dodo” et pourtant nous vivions ainsi depuis un certain temps. Vivre tel un digital nomade et avoir des enfants est loin d’être incompatible.
Un jeune enfant a l’esprit ouvert et s’habitue à bien des choses, dans la mesure où il apprend à y vivre naturellement. Nous avons alors pris la décision d’inculquer à nos filles l’ouverture d’esprit, et qu’il n’est pas obligatoire de rentrer dans des cases, comme parfois l‘état français aimerait nous y mettre.

Il est possible de vivre autrement, selon ses choix et ses convictions. Vivre en France oui, mais ce n’est pas la seule option. Enrichissons-nous de ce que le monde a à nous offrir, même si la période actuelle y est moins propice.

Quelles étapes suivre avec de jeunes enfants

Bien souvent, nous pensons qu’avoir des enfants, surtout lorsqu’ils sont petits, ne permet pas de vivre de telle ou telle manière. Je ne suis pas pédo-psychiatre, mais je pense qu’un enfant est heureux et épanoui, s’il est aux côtés de personnes aimantes qui leur montrent leur amour inconditionnel, et l’aident à évoluer jour après jour.
Bien sûr, certains points sont à prendre en considération pour leur bien-être, comme leur éducation, leur santé, leur avenir …

Et avant de partir au hasard pour une destination inconnue, certains facteurs méritent d’être étudiés, comme le lieu de vie, les écoles, les hôpitaux, les vaccins.

Dans notre cas, nous avons sélectionné les écoles intéressantes pour nos filles, où nous aimerions qu’elles évoluent. Il y a l’école française, bien sûr, mais aussi une école Montessori où l’enseignement est identique dans chaque pays du monde et où nous avons été séduit par leur manière d’enseigner, et d’aborder l’éducation de nos filles.

Nous avons aussi la chance de connaitres quelques “expats” (comme on dit), qui nous ont conseillés également dans notre choix. Ensuite, ce n’est plus qu’une question de contacter les écoles, inscrire nos filles, les payer (pas d’éducation gratuite), …

Concernant la santé, il suffit de bien contrôler d’être à jour de ses vaccins, surtout selon le pays de destination et pour cela une visite chez le médecin s’impose. Pour le Maroc, tout est ok. Alors on en profite pour se faire prescrire par le médecin une petite trousse “au cas où” (maux de ventre, vomissements, blessure, …). Puis on n’oublie pas, par la même occasion, les ordonnances certifiant le bon état de santé de son enfant avec son poids et sa taille et l’autorisation d’évoluer en communauté, ainsi qu’avoir une pratique sportive (si tout est ok en ce sens).
On pense aussi à l’assurance sur place, se renseigner comment avoir accès au soin de la meilleure des manières. Il existe la CFE (la Caisse des Français à l’Etranger), mais ce n’est pas la seule option. Il existe des assurances privés comme AXA, …

Concernant le lieu de résidence, cela va dépendre des préférences et choix que nous faisons au départ. Vivre en ville, ou plutôt à la campagne ? Dans une maison ou un appartement ?
Pour notre part, si nous sommes (re) partis au Maroc c’est pour pouvoir offrir une maison avec jardin et piscine à nos filles. Trois mois de confinement dans un appartement sans balcon ou petit jardin aura eu raison de nous.
Également, à Montpellier, nous vivions en ville, et nous en étions heureux. Mais, à présent, nous avons besoin de campagne, de tranquillité, de calme. Alors oui, Glovo ou JumiaFood (les concurrents de UberEat) ne livreront pas jusqu’à chez nous, mais enfin c’est un choix. Les livraisons à domicile nous en avons bien profité, et aujourd’hui nous attendons autre chose.

Je ne veux plus m’imposer de limites et vivre autrement !!

S’expatrier, une expérience unique

Quoi de mieux que pouvoir découvrir le monde ?? Si j’ai appris une chose suite à la pandémie du Covid-19 (qui n’est pas terminée), et les quelques mois de confinement, c’est que la vie est courte et que l’on ne sait pas de quoi demain sera fait. Alors autant vivre sa vie pleinement !!

J’ai entendu un jour une phrase disant que très peu de personnes vivent réellement, la majorité se contente d’exister. Et je pense que c’est vrai. J’ai donc pris la décision de faire parti de ceux qui vivent leur vie à fond. Tampis les erreurs, au diable les faux pas, la vie a besoin de négatif pour donner du positif.

Je vais arrêter là avec ma pseudo psychologie. Mais tout cela pour dire que s’expatrier en famille avec de jeunes enfants c’est possible. Cela se prépare, se réfléchit, mais OUI VIVONS NOTRE VIE !!

Mes filles vont pouvoir profiter d’une maison avec jardin et piscine, d’une vie au calme. Alors bien sûr cela est aussi possible en France. Mais ici, elles vont pouvoir découvrir d’autres choses comme des paysages éblouissants, une culture enrichissante, une manière de vivre différente, pour les éveiller, ouvrir leurs esprits. Et j’en suis tellement ravie !!!

Mais où allons-nous nous arrêter ?? Mais qui a dit que nous allons nous arrêter ??
Le monde est si vaste et il n’a que les limites que nous lui imposons.
Alors, c’est parti pour une aventure en famille !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La vie est une succession de choix. J'ai changé d'orientation professionnelle vers mes 25 ans pour vivre du web. Comment ? Avec le meilleur partenaire de la Terre (mon chéri), j'ai pu me former et travailler dans divers domaines : dropshipping, vente sur Amazon, référencement naturel, j'ai aussi rédigé des fiches produits, des articles de blog. A côté de ça, je mène une vie de maman épanouie. Oui je suis une maman qui déchire!!! ? Et une maman sportive qui plus est!

LIRE LA SUITE

Cette technique de copywriting multiplie les ventes

  Technique de copywriting : comment décrire la vie de votre prospect qui a utilisé votre produit ? À la faveur d’une formation,...